top of page
Rechercher

Tanzanie Southern Star



Il y a quinze ans, je me suis rendue dans la région du Kilimandjaro, dans le nord de la Tanzanie, pour voir le travail accompli par les petits exploitants agricoles qui produisent du café sur les pentes de la plus haute montagne d'Afrique. Ils faisaient partie d'un programme créé par l'organisation à but non lucratif TechnoServe. TechnoServe a aidé ces agriculteurs à maximiser leur potentiel de qualité exceptionnelle en construisant des "CPU" : des stations de dépulpage centralisées où les membres de la coopérative livrent leurs cerises de café mûres pour les traiter de manière cohérente à l'aide d'un équipement moderne, mais de faible technicité et peu coûteux. Cette nouvelle méthode a non seulement maximisé le potentiel de qualité des cerises, mais elle a également permis à des acheteurs comme moi de mieux payer les agriculteurs qu'auparavant. Ils ont ainsi pu financer l'acquisition des unités centrales de traitement.


J'ai été séduite à la fois par le modèle et par le café lui-même. Mais je ne me suis jamais rendue dans la région de Mbeya, au sud de la Tanzanie, où j'avais entendu dire que des cafés exceptionnels poussaient également. Il y a quelques mois, on m'a offert un lot provenant précisément de cette région. Je n'ai pas pu résister à l'envie de l'acheter pour sa douceur en bouche et ses saveurs de baies juteuses. Le Southern Star - Nyota Kusini en swahili - est un producteur d'arabica lavé par de petits exploitants à environ 1600 mètres au-dessus du niveau de la mer. On m'a dit que là-bas le café pousse sur des plateaux élevés, et non sur des pentes abruptes comme celles du Kilimandjaro. Le terme "petit exploitant" signifie que les agriculteurs disposent généralement d'une terre d'environ 2 hectares sur laquelle ils cultivent des produits d'approvisionnement en plus du café. Ce lot particulier est issu de la variété Bourbon héréditaire, ainsi que de l'un de ses descendants, le Kent, ce qui explique en partie la nature douce propre à ce café. Je ne suis pas une adepte des cafés très acides, mais je suis une fanatique de la douceur, et cette tasse à la fois douce et juteuse satisfait vraiment mon envie de café du matin. J'espère que vous l'apprécierez tout autant.


Pour info, la photo a été prise en route vers le Kilimandjaro, mais loin du café lui-même. Nous nous étions arrêtés au bord de la route pour admirer un baobab dans l'aridité poussiéreuse de la plaine, lorsque ces filles sont apparues de nulle part. Pleines de vie, insolentes et curieuses, elles voulaient essayer mes lunettes de soleil, jouer avec mon appareil photo et se prélasser dans le rétroviseur de la voiture. Comme l'a dit mon collègue : "comme les adolescentes du monde entier !"

18 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page